Galerie Catherine Bastide
67 Rue de la Régence
Regentschapsstraat 67
B-1000 Brussels
T : +32 2 646 29 71
F : +32 2 538 61 67
info@catherinebastide.com
Tue - Fri, 10am - 6.30pm
Sat, 12 - 6pm
Map - Facebook page

New address: Rue de la Régence - Regentschapsstraat 67 - B-1000 Brussels

Gold People Shit In Their Valet

William Pope.L

Gold People Shit In Their Valet
William Pope.L
13 September - 18 October 2014
Opening 12 of september

-- Version française en bas de page --

Pope L.’s new exhibition at Galerie Catherine Bastide Gold People Shit In Their Valet, titled after one of the new paintings featured in the show, will present five large-scale paintings on canvas and twenty smaller ones on paper closely related to the artist’s Skin Set Drawings project (1997-ongoing). The Skin Set projects visual, gestural and aural ambiguity. Skin Set was begun in 1997 with declarative sentences riffing for example on racist affirmations about black people (“Black People Are The Root Of All Evil”) and continues today with various other colors assigned to people and absurd, poetic sentences that are intelligible yet not reducible to a simplistic meaning. The paintings are titled after the text inscribed on them, the larger paintings referencing Gold People and the smaller referencing Gray People. In a short video interview for the Whitney Museum1, Pope L. says the Skin Set project was created “to interact with language at the level of the mixed message, where people say two or three things at the same time.” The paintings in Gold People Shit In Their Valet bear slogan-like text that is at times decipherable, and at others obscured by the gestural abstraction of the paint.

Some paintings show words that are clearly decipherable yet unintelligible, such as Gold People Blue Movie. The text is inscribed in pink lettering with light orange and paler pink accents over white paint on the top half and raw canvas on the bottom half, while a blue downward curved line underscores the word “blue” over the white background; a green shapeless brushstroke inside the curve of the “G” accentuates the top half whereas a yellow dot placed where white paint and raw canvas meet on the lower right side balances the composition. The painting’s description indicates that the paint hues being used are “flesh pink and white” on canvas, a nomenclature clearly ignoring the billions of people whose flesh is neither pink nor white – especially Gold People.

Elsewhere are puns that work visually but not aurally. For example, the viewer of Gold People Shit In Their Valet, will recognize “valet” is the visual cousin of “wallet,” but then realize another painting in the series is Gold People Shit In Their Vale. These visual puns, while present in the title, are not clearly legible within the painting; on the contrary, they belong to paintings where the overall effect is closer to gestural abstraction, as is the case with the two other paintings in the Gold People set. The same variations can be observed in the smaller paintings on paper, with Gray People Peonie or Gray People Smell Like The Universe veering toward almost total abstraction. Pope L. states that his “primary interest is the gestural aspect of language as enunciation, as performance, intention and desire.” Here traces of the body’s action on language present in the physical act of painting blur the already ambiguous and absurd message, the humor present in the words often deformed by pictorial gestures.
Additional objects such as Skin Set T-Shirts and Skin Set In A Bottle will be displayed on specifically designed banisters made to interfere with the space and disrupt the visitors’ view. The bottle labels of Skin Set In A Bottle reference the colors of the Belgian flag and sport the mottos “Belgium Are Nice” and “Belgium Are Lice,” revealing Pope L.’s “mischievous way of conflating commodity, language, nation and abstract expressionism into one container.”

Pope L. was born in 1955 in Newark (NJ), he lives and works in Chicago. Self-dubbed “the friendliest black artist in America”, Pope L. is a multi-disciplinary artist whose practice includes performance, video, sculpture, installation, paintings and drawings. His work has been exhibited or performed at the Museum of Modern Art in New York, The Whitney Museum in New York, the Museum of Contemporary Art in Los Angeles, the New Museum in New York, and the Renaissance Society in Chicago. The Renaissance Society and the University of Chicago Press have recently published Showing Up To Withhold, a monograph documenting his 2013 exhibition Forlesen at the Renaissance Society.

[FR]
13 septembre – 18 octobre 2014
Ouverture le 12 septembre

La nouvelle exposition de Pope L. à la galerie Catherine Bastide — « Gold People Shit In Their Valet » — tient son titre d’un des nouveaux tableaux qui y sont présentés. On pourra y voir cinq grandes œuvres sur toile et vingt plus petites sur papier, étroitement liées au projet Skin Set Drawings de l’artiste (1997-en cours). Ce projet se concentre sur l’ambiguïté visuelle, gestuelle et orale. Il a commencé en 1997 par des assertions parodiant par exemple des affirmations racistes à propos des Noirs (« Les Noirs sont la source de tout mal »), et se prolonge aujourd’hui avec d’autres couleurs et des phrases poétiques absurdes, intelligibles sans être réductibles à une signification simpliste. Le texte inscrit sur les tableaux leur donnent leurs titres; les grands formats évoquent ce que Pope L. appelle des Gold People et les plus petits des Gray People. Dans une petite interview vidéo pour le Whitney Museum,1 Pope L. dit que son Skin Project a été élaboré « pour réagir sur le langage au niveau d’un message confus, où les gens disent deux ou trois choses en même temps. » Les tableaux de l’exposition « Gold People Shit In Their Valet » portent des textes aux allures de slogan, qui sont parfois déchiffrables et d’autres fois obscurcis par l’abstraction gestuelle de la peinture.

Certains tableaux présentent des mots clairement déchiffrables mais inintelligibles, tels que Gold People Blue Movie. Le texte est ici inscrit en lettrage rose, avec des rehauts orange clair et rose plus pâle sur de la peinture blanche dans la moitié supérieure, et sur la toile brute dans la moitié inférieure. Une ligne incurvée bleue souligne le mot « blue » sur le fond blanc ; un coup de brosse vert informe, à l’intérieur de la courbe du « G » rehausse la moitié supérieure, tandis qu’un point jaune posé à la limite entre la peinture blanche et la toile brute équilibre la composition. La notice du tableau indique que les teintes utilisées sont « rose et blanc chair », mention qui ignore délibérément les milliards de personnes dont la peau n’est ni rose ni blanche — spécialement les Gold People.

On remarque ailleurs des jeux de mots qui fonctionnent visuellement, mais non oralement. Par exemple, le spectateur de Gold People Shit In Their Valet reconnaîtra que valet (« serviteur ») est le cousin visuel de wallet (« portefeuille »), avant de comprendre qu’un autre tableau de la série est Gold People Shit In Their Vale (= « vallon »). Ces jeux de mots visuels, tout en étant présents dans le titre, ne sont pas clairement “lisibles” dans le tableau ; ils se rapportent au contraire à des tableaux où l’effet d’ensemble est plus près de l’abstraction gestuelle, comme c’est le cas pour les deux autres toiles de la série Gold People. On peut observer des variations similaires dans les peintures plus petites sur papier, par exemple avec Gray People Peonie ou Gray People Smell Like The Universe, qui tournent presque à l’abstraction totale. Pope L. déclare que son « intérêt primordial porte sur l’aspect gestuel du langage comme énonciation, comme performance, comme intention et comme désir. » Ici, des traces de l’action du corps sur le langage, présente dans l’acte physique de peindre, brouillent un message déjà ambigu et absurde, l’humour présent dans les mots étant souvent déformé par les gestes picturaux.

Des objets supplémentaires tels que Skin Set T-Shirts et Skin Set In A Bottle seront aussi exposés, sur des rampes spécialement conçues, faites pour interférer avec l’espace et “déranger” la vue du visiteur. Les étiquettes des bouteilles de Skin Set In A Bottle renvoient aux couleurs du drapeau belge et portent les slogans « Belgium Are Nice » et « Belgium Are Lice », révélant le désir malicieux de Pope L. à réunir marchandise, langage, nation et expressionnisme abstrait dans un seul contenant. »

————————
Pope L. est né en 1955 à Newark (NJ) ; il vit et travaille à Chicago. Autoproclamé « L’artiste noir le plus sympathique de l’Amérique », Pope L. est un artiste pluridisciplinaire dont la pratique comporte performances, vidéos, sculptures, installations, peintures et dessins. Son travail a fait l’objet d’expositions et de performances dans les musées et institutions suivants : le Museum of Modern Art de New York, le Whitney Museum à New York, le Museum of Contemporary Art de Los Angeles, le New Museum de New York et la Renaissance Society à Chicago. La Renaissance Society et l’University of Chicago Press ont récemment publié Showing Up To Withhold, une monographie documentant son exposition « Forlesen » (2013) à la Renaissance Society